Articles tagués méthodes d’étude

L’utilité de l’évaluation diagnostique

cropped-cropped-rgenaction.jpg

Est-ce que l’évaluation diagnostique devrait être basée sur ce que l’élève est déjà censé avoir appris, sur le matériel que l’élève apprendra lors d’une prochaine étape, ou sur une combinaison des deux?

La réponse? Cela dépend de l’intention de l’évaluation. À la base, toute évaluation nous aide à prendre des décisions. Dans le cas de l’évaluation diagnostique, ces décisions portent sur les prochaines étapes – pour nous en tant qu’enseignants et pour les élèves dans leurs apprentissages. Mais est-ce que l’évaluation diagnostique pourrait aider les élèves à apprendre?

Ce que l’évaluation diagnostique peut nous dire

L’objectif de l’enseignement dans le contexte d’une année scolaire ou d’un semestre est de prendre les élèves là où ils sont et de les amener plus loin. Les résultats d’une évaluation diagnostique bien conçue peuvent nous fournir un portrait de nos élèves dans le contexte d’une matière ou d’un domaine quelconque, nous disant:

  • ce qu’ils savent (et savent comment faire)
  • ce qu’ils comprennent
  • ce qu’ils pensent (et comment ils pensent)
  • comment ils communiquent
  • quel est leur attitude envers la matière
  • quels sont leurs goûts et leurs intérêts

Ce portrait, si l’on s’en sert, peut nous guider dans nos prochaines étapes avec eux. Les résultats sont communément appelés le profil de classe.

Retombées sur la planification

Les renseignements fournis par l’évaluation diagnostique peuvent nous aider à orienter notre planification pour le groupe. Ils peuvent également nous signaler si certains élèves auront besoin d’acquérir ou d’approfondir certaines habiletés de base qui leur permettront de bien réussir la prochaine étape. Cette notion est particulièrement vraie dans les cas où la matière est construite sur des fondements qui doivent être acquis dans une séquence particulière. En mathématiques, par exemple, il faudrait comprendre l’addition avant de pouvoir aborder la multiplication.

L’évaluation diagnostique peut aussi nous dire si l’élève aurait des méprises reliées au contenu que nous devrons adresser. En d’autres mots, y a-t-il des choses à « désapprendre » ou à réapprendre différemment? Il est important d’adresser ces méprises afin de s’assurer que les élèves pourront appliquer leurs apprentissages antérieurs dans les nouveaux contextes que nous leur proposerons lors de l’étape que nous planifions.

Est-ce possible que le fait même de tester les élèves avant qu’ils apprennent un nouveau concept puisse améliorer leurs résultats éventuels lorsqu’ils auront appris le matériel?

Certaines recherches semblent indiquer que l’évaluation diagnostique en soi peut améliorer le rendement des élèves. Les résultats indiquent que les élèves ayant été évalués avant d’aborder un concept ou un contenu obtiennent des résultats supérieurs à ceux des élèves qui n’ont pas eu de prétest. Bien que les élèves du deuxième groupe ont été accordé plus de temps pour étudier avant l’évaluation finale, leurs résultats demeuraient inférieurs aux élèves qui ont écrit le prétest, même lorsque ces derniers ont répondu incorrectement à la majorité des questions! Les explications possibles pour ce phénomène sont nombreuses, mais demeurent des spéculations en ce moment.

Il se peut même que les résultats supérieurs s’expliquent par tout autre chose: les méthodes utilisées pour étudier!

Les élèves ayant été accordés le double du temps pour étudier (ceux qui n’ont pas été évalués à l’aide d’un prétest) ont quand-même obtenu des résultats inférieurs lors de l’évaluation finale. La question se pose: est-ce que ces résultats pourraient être attribuables aux méthodes d’étude qu’ils ont utilisées? Des recherches récentes semblent suggérer que les méthodes habituelles pour étudier sont moins efficaces que nous pensions. Un article suggère que les méthodes d’étude utilisées les plus fréquemment ne sont pas efficaces en termes de résultats obtenus lors des évaluations. Entre autres, rédiger un résumé d’un texte à étudier, surligner des mots-clés ou des termes importants, ainsi que relire ses notes ne produisent que des améliorations minimes lors des évaluations. L’étude sur laquelle est basée l’article a identifié seulement deux techniques efficaces, produisant des différences significatives dans les résultats finaux des évaluations. Je me permets de les citer en anglais:

     1) Practice testing: Self-testing or taking practice tests over to-be-learned material
     2) Distributed practice: Implementing a schedule of practice that spreads out study
activities over time

Ces résultats surprenants semble indiquer que le temps normalement investi à étudier pourrait être mieux employé à l’utilisation de techniques plus rentables. Ils suggèrent également que le fait de laisser le temps passer entre les périodes d’étude peut être plus profitable que des sessions intensives la veille d’une évaluation (pratique courante parmi les élèves!). Donc 6 sessions de trente minutes chacune étalées sur deux semaines remportent des résultats nettement supérieurs à une seule session d’étude de 3 heures la veille de l’évaluation.

MAIS…

Toutes ces études et théories sont basées sur une prémisse qui est, en partie, fausse. L’apprentissage n’est pas simplement le traitement, le stockage et le rappel de l’information. J’aimerais penser que les élèves peuvent apprendre beaucoup plus à l’école. Si l’apprentissage se résume uniquement comme l’acquisition et la rétention des connaissances, où alors sont les habiletés, le savoir-faire, le savoir-être, les compétences de lecture ou d’écriture, les habiletés artistiques, la pensée critique, les compétences en éducation physique, la pensée scientifique, la pensée mathématique…?

Il faudrait donc prendre ces résultats avec un grain de sel, sachant que nous parlons d’une fraction seulement de l’apprentissage et donc de la raison d’être de l’école.

——————————————————————————————————————

RÉFÉRENCES
Richland, L., Kornell, N. et Kao, L. (2009). The Pretesting Effect: Do Unsuccessful Retrieval Attempts Enhance Learning? University of California, Irvine.

Dunlosky, J., Rawson, K., Marsh, E., Nathan, M., et Willingham, D. (2013). Improving Students’ Learning With Effective Learning Techniques: Promising Directions From Cognitive and Educational Psychology. Sage Journals. 

Publicités

, , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Poster un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :