Archives de la catégorie Communication

Les meilleures formations

RG animation

Prenons-nous toujours la bonne approche à la formation? La plupart des formations que j’anime visent à changer les comportements des enseignantes et des enseignants. Dans ce cas, est-ce qu’une approche cognitive, basée sur des explications et la transmission de l’information, est la meilleure pour accomplir cet objectif?

Je ne crois pas que les explications et l’information soient suffisantes dans toutes les situations. Prenons l’exemple concret d’une personne qui doit (remarquez que je n’ai pas dit « qui veut »!) changer ses habitudes d’alimentation. On lui a dit qu’elle n’est pas en bonne santé, en partie à cause de ses mauvaises habitudes, et elle doit donc changer sa façon de vivre et de manger.

En tant que formateurs, nous lui expliquons les fondements théoriques de la bonne santé et d’une alimentation saine. Nous lui donnons beaucoup d’information sur les valeurs nutritives de certains aliments, sur les combinaisons efficaces d’aliments qui maximisent leurs effets positifs sur la santé, et nous lui donnons même des trucs et astuces pour pouvoir calculer les calories et faire des bons choix au restaurant. Nous donnons à cette personne des outils lui permettant de faciliter sa transition à cette nouvelle façon de faire ainsi qu’une liste de ressources qu’elle pourra consulter pour en apprendre davantage.

Et de plus, parce qu’on nous a demandé une formation « pratico-pratique », nous lui donnons même des recettes déjà toutes faites qu’elle peut essayer le lendemain matin! Dans certains cas, nous venons même faire un accompagnement chez-elle pour qu’elle puisse nous observer cuisiner et servir des repas exemplaires à sa famille.

Dans une telle situation, peu importe ce que l’on dira à cette personne, elle changera seulement ce qu’elle veut changer. Le changement est souvent difficile, surtout lorsque nous avons l’habitude de faire les choses d’une certaine façon. Il est doublement difficile si nous ne sommes même pas convaincus que ce changement représente une véritable amélioration.

En tant que conseillers pédagogiques et formateurs, nous travaillons au niveau des idées. C’est important pour nous que les gens comprennent les notions importantes et les fondements théoriques de ce que nous expliquons. Nous leur proposons des changements, mais nous ne pouvons pas les imposer. Pour certaines personnes, il suffit d’entendre une bonne idée pour la mettre en action. Pour d’autres, même ceux qui ont les meilleures intentions, l’idée demeure seulement une idée parmi toutes les autres qu’ils connaissent et comprennent.

En tant que formateur, je suis conscient d’une chose: ce n’est pas en connaissant ou même en comprenant quelque chose que nous changeons automatiquement notre façon de faire. Si cela était le cas, tout le monde mangerais bien.

, , , , , , , , ,

Poster un commentaire

Images gratuites

D’où vient cette photo?

Elle vient de Getty Images, bien sûr!
(http://www.gettyimages.ca/)

Vous pouvez désormais choisir parmi des milliers d’images pour illustrer votre blogue ou votre page web, à condition que ce ne soit pas pour des buts lucratifs ou pour de la publicité. Ces images, qui pouvaient coûter des centaines de dollars auparavant (et le coûtent toujours, pour des utilisateurs commerciaux!), sont maintenant disponibles gratuitement pour certaines fins.

Grâce à une décision récente prise par Getty, se disant qu’il vaut mieux mettre les images à la disposition de certaines personnes que de se les laisser voler, les images peuvent être imbriquées (cherchez le symbole </> quand vous passez la souris sur l’image) directement sur votre page de blogue en copiant/collant le code directement sur la page.

Allez voir les choix disponibles et imbriquez une photo dans votre blogue dès aujourd’hui!

, , , , , , , , , , ,

Poster un commentaire

Apportez votre propre appareil (BYOD)

BYOD

J’utilise une tablette, d’une sorte ou d’une autre, depuis environ deux ans. Loin d’être indispensable, une tablette peut quand-même être un appareil utile. Mais une tablette est, avant tout, conçue pour être un appareil personnel.

La tendance dans les écoles dernièrement est de s’équiper avec des chariots de tablettes pour l’utilisation partagée. Les élèves auraient accès durant la journée ou seulement un de leurs cours, mais par la suite les tablettes doivent être remises. Ce n’est même pas certain que les élèves auraient accès à tous les jours: l’accès pourrait être occasionnel ou même rare.

Encore une fois, puisque la tablette est un appareil essentiellement personnel, cette façon de faire me semble une contradiction. De plus, les élèves (comme le reste de la population) ont de plus en plus des préférences quant aux appareils qu’ils utilisent. Il y a dix ans, si nous avions accès à un ordinateur dans une école ou une bibliothèque municipale, nous ne nous préoccupions pas du type d’ordinateur. Aujourd’hui, les gens ont souvent une nette préférence quant au type d’appareil et même à la marque d’appareil qu’ils utilisent. Ayant le choix entre un ordinateur public et leur propre ordinateur, tablette ou téléphone portable, la majorité choisirait leur propre appareil.

Il y a de nombreuses raisons pour ceci, mais la raison principale est qu’ils ont fait le choix de cet appareil pour leur utilisation: l’appareil répond à leurs besoins, contient un accès direct à leurs divers comptes (courriel, médias sociaux, etc.) et ils sont à l’aise avec son utilisation. Les gens veulent de moins en moins utiliser des équipments publics ou partagés.

Par exemple, je ne peux presque pas m’imaginer être obligé de faire l’emploi d’un téléphone public pour appeler un collègue ou même un ami. Est-ce que je sais son numéro de téléphone par coeur? Est-ce que j’ai le numéro d’écrit à quelque part d’accessible si je suis à l’extérieur de la maison ou du bureau? Est-ce que les numéros de cellulaire sont même disponibles dans un répertoire à quelque part?? Ce que je tente d’illustrer c’est justement que les équipements que nous utilisons deviennent tellement personnalisés que non seulement nous ne pouvons pas nous en passer, mais il serait également difficile de les passer à quelqu’un d’autre.

À mon avis, à moins que les élèves puissent apporter chez-eux les tablettes ou portables de l’école, l’option d’apporter leurs propres appareils (communément appelé BYOD ou Bring Your Own Device) a plus de sens que d’essayer d’équipper chaque élève avec un portable ou une tablette aux frais de l’école ou du conseil scolaire.

Qu’en pensez-vous? Répondez au sondage ci-dessous pour faire valoir votre opinion.

, , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Poster un commentaire

Faites une activité avec vos élèves faisant l’emploi des codes QR

Saviez-vous que les codes QR (Quick Response), communément employés pour des liens aux sites web, peuvent aussi être créés pour représenter n’importe quel mot, phrase ou nombre que vous voulez (y compris les accents et autres symboles)? Les codes QR peuvent être lus par une application pour le téléphone ou la tablette (disponible gratuitement) et traduits en texte.

Vous pouvez utiliser un des nombreux sites web gratuits pour créer vos propres codes QR. Mon site préféré est http://goqr.me/ parce qu’il est simple d’utilisation, ne nécessite pas la création d’un compte et les codes QR générés sont gratuits (y compris l’utilisation commerciale).

Le code suivant, par exemple, représente le mot « côté », incluant les accents :

côté

côté

Ce code représente « 3x + 2 = 17 » :

3x + 2 = 17

3x + 2 = 17

Ce code représente la phrase « Le prochain indice se trouve au local 114 »

Le prochain indice se retrouve au local 114

N’importe quel texte jusqu’à 300 caractères peut être transformé en code QR! Cela vous donne des idées? Peut-être une chasse au trésor avec des indices à « décoder » pour guider des groupes d’élèves (dont au moins un membre du groupe a une tablette ou un téléphone)? Une citation ou une question du jour à discuter en classe? Un jeu de société avec des cartes contenant des codes QR à lire pour obtenir la prochaine directive? La seule limite est l’imagination (la vôtre et celle de vos élèves).

Pour les personnes qui ne veulent pas « réinventer la roue », il y a même des activités pédagogiques déjà préparées qui font l’emploi des codes QR dans plusieurs matières et pour tous les groupes d’âge. Vous n’avez qu’à faire une recherche avec votre moteur de recherche préféré pour en trouver. Bonne découverte!

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Poster un commentaire

Quel est le but de l’éducation?

Si nous croyons la plupart de ce que nous lisons dernièrement au sujet de l’éducation, nous pourrions penser que son but principal est de préparer les jeunes pour des emplois. Et pour compliquer les choses davantage, pour des emplois qui n’existent même pas encore!

Mais est-ce vraiment cela le but de l’éducation? Est-ce que cela a toujours été le cas? Pouvons-nous résumer le but de l’éducation comme étant la préparation pour des emplois? Il me semble que cela ne rend pas vraiment justice à l’éducation…

L’éducation avant le XXe siècle
Historiquement, l’éducation avait certains objectifs: préparer les gens pour la vie religieuse, la vie professionnelle, la vie en société, ou possiblement la vie académique. Elle était moins qu’universelle: seulement une petite minorité était éduquée.

Au XIXe siècle, des professions telles que la médecine, l’ingénierie et le droit avaient des programmes post-secondaires reconnus, mais la plupart de l’éducation visait simplement éduquer l’individu. À l’exception de ceux qui se faisaient éduquer en préparation à la vie religieuse, ce que les personnes faisaient de leur éducation était leur décision.

En ce qui a trait aux métiers et aux autres types d’emplois, la formation était la responsabilité de l’employeur et son employé. Normalement, il y avait une période d’apprentissage avec l’employeur, où l’employé (rémunéré ou non) recevait une formation sur son futur métier. Lorsque ce dernier se sentait prêt, il partait pour exercer ce métier. Ce type d’apprentissage est aussi pertinente aujourd’hui qu’il l’a toujours été.

Définir l’éducation
Que signifie « une personne éduquée »? Auparavant, cela se résumait par ce qu’une personne avait lu, étudié et compris (peut-être la Bible, les classiques, certaines œuvres contemporaines considérées importantes), ainsi que l’étude des mathématiques et des sciences pour développer son raisonnement et sa logique. De plus, il fallait avoir acquis une certaine culture en développant une connaissance et une appréciation des arts. La plupart de ces éléments étaient de rigueur pour n’importe quelle personne qui voulait être considérée « éduquée ».

Qu’est-ce qui définira l’éducation pour notre époque? C’est à nous de définir le but de l’éducation (ou plutôt les buts, parce qu’ils peuvent être différents pour différents élèves) ainsi que ce que c’est une personne éduquée. Oui, c’est difficile de planifier pour un avenir incertain, mais quand est-ce que l’avenir est connu?

Ce n’est pas la première fois
S’agit-il vraiment d’une crise sans précédent en éducation? Sommes-nous en train d’éduquer la première génération qui doit se préparer pour des emplois qui n’existent pas encore?

Qu’en est-il de ceux et celles qui ont été scolarisés à l’aube de la révolution industrielle? Eux aussi ont dû s’adapter à des changements radicaux non seulement en manufacture, mais aussi dans les domaines du transport, des finances, de la communication et oui, de la technologie.

Les frères Wright ont été scolarisés avant même que la carrière de « pilote d’avion » n’existe. Non seulement eux, mais des centaines de milliers de personnes, éduquées dans une époque préindustrielle (possiblement jusqu’à la 8e année, s’ils étaient parmi les chanceux), sont quand-même devenus opérateurs de télégraphe, réparateurs de radio, cinéastes, téléphonistes et électriciens. Des personnes ont entamé des centaines de carrières qui n’existaient pas auparavant. En même temps, les femmes – autrefois plus ou moins limitées au service domestique – se joignaient au marché du travail, occupant un bon nombre de ces nouveaux emplois.

À cette époque, les gens ont appris à conduire des automobiles, se servir de machines à laver, de cuisinières électriques et d’une multitude d’autres nouveaux appareils sans en avoir reçu une formation à l’école. En effet, lorsque la grande majorité de ces personnes étaient à l’école, la plupart de ces appareils n’avaient même pas été inventés.

C’était le début d’un autre siècle, mais les similitudes sont quand-même assez frappantes.

Ce que nous faisons, ce que nous sommes
Je ne dis pas que le système éducatif ne doit pas changer ou s’adapter, mais je crois que ces changements devront s’effectuer en insistant sur ce qui est vraiment important dans n’importe quelle époque: l’initiative, l’adaptabilité, la résolution de problèmes, la créativité. De plus, je ne suis pas convaincu que le savoir ne soit encore démodé. Afin d’exercer les compétences susmentionnées, une base élargie et variée de connaissances est primordiale.

En d’autres mots, ce que l’éducation devra donner à sa clientèle n’est pas une préparation à un futur emploi, mais ce qui leur servira peu importe leur avenir. Cela est vrai parce que leurs emplois futurs (les chances sont fortes qu’ils en auront plusieurs) ne sont qu’une partie de leur vie future. Les autres rôles qu’ils occuperont dans leur vie (parent, citoyen, gestionnaire de finances personnelles, entraîneur d’équipe, membre d’organisme communautaire, etc.) sont aussi importants, sinon plus importants à la qualité de leur vie future que leurs emplois.

Ce qui importe
Si l’école ne peut pas tout faire pour que les élèves se sentent outillés et prêts à faire face à n’importe quoi, c’est normal. Les jeunes, comme les adultes, apprennent ailleurs qu’à l’école. Ce serait un peu égoïste de notre part de croire autrement. La différence c’est que l’école, contrairement aux autres occasions d’apprentissage dans la vie d’un élève, doit adopter une approche planifiée et cohérente. Cela ne veut pas dire qu’elle ne peut pas être souple et différenciée, mais elle ne peut pas se permettre de perdre de vue ce qui est important, ni de laisser les apprentissages au hasard.

J’ose croire que ce qui a toujours été important dans l’éducation demeurera important peu importe les changements ou les circonstances. Les écoles continueront à faire de leur mieux pour préparer les jeunes à la vie. L’école ne peut pas seulement consacrer ses efforts à préparer les élèves pour des futurs emplois, encore moins pour des emplois qui n’existent pas encore. Mais il faut se dire une chose : si certaines carrières n’existent pas encore, c’est seulement parce que les jeunes qui sont présentement dans nos classes ne les ont pas encore inventées!

, , , , , , , , , , , ,

Poster un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :